Site de l'université de Franche-Comté
UFR STGI

Témoignages d'anciens étudiants du département Sciences et Energies

Samir J. 

Après un DUT en Génie électrique et informatique Industrielle à l’IUT de Belfort, j'ai rejoint l’UFR STGI pour la licence Ingénierie électrique et énergie. Cela a été un véritable déclic pour moi, je me suis retrouvé dans une faculté à taille humaine avec une équipe pédagogique jeune et dynamique. J’ai alors entamé une maîtrise Électrotechnique électronique et automatique, puis j'ai préparé un diplôme d'études approfondies en Énergie électrique. J'ai finalement abordé un doctorat en Sciences pour l’ingénieur sur les piles à combustible.

Aujourd'hui je suis Maître de Conférences à l'Université de Franche-Comté. Je pratique mes activités de recherche à l'institut FEMTO-ST et j'enseigne à l'UFR-STGI.

Mes missions ? Enseigner, lever des verrous scientifiques sur des sujets de recherche autour de l'énergie et aussi  encadrer des doctorants. Je suis également responsable de la formation master Énergie électrique où je dois m'assurer du bon déroulement de la formation et constituer un réseau d’entreprises. Enfin, j'anime un axe scientifique au sein de la fédération de recherche CNRS FCLAB spécialisée dans les Piles à Combustible.

Florent L.

J'ai tout d'abord commencé par un DUT Informatique, puis j'ai voulu repartir en sciences. J'ai effectué une première année de DEUG Sciences de la vie, sans y trouver ma voie. Seuls les cours de maths, info, physiques, chimie me plaisaient, j'ai donc décidé d’intégrer un DEUG Sciences de la matière. Cette formation m’a plu et j'ai donc continué en licence Thermique/mécanique des fluides, puis en master Ingénierie fluidique et thermique à l’UFR STGI. Cette formation correspond parfaitement à mon travail actuel.

J'ai effectué mon stage de fin d'études dans l'entreprise où je travaille actuellement. Tout d'abord recruté en prestation pour General Electric, j’ai continué à travailler sur le sujet de mon stage. Aujourd’hui embauché, je travaille au service offre, centrales thermiques. Je m'occupe des garanties de performances des centrales électriques à cycle combiné.

Les points positifs que je retiens de l’UFR : l'aspect humain. Je trouve que les enseignants étaient vraiment abordables et proches des étudiants. La formation était intéressante et plutôt diversifiée.

Blandine B.

Après mon bac S obtenu en Alsace, j’ai décidé de m’orienter vers un DUT Génie thermique et énergie à Belfort.

Puis j’ai rejoint les bancs de l’UFR STGI pour y effectuer une licence Génie thermique et énergie, puis j’ai continué en master Ingénierie thermique et énergie où je suis actuellement en deuxième année.

Le grand avantage de cette formation est que les étudiants ne sont  pas « formatés ». A l’heure actuelle, nous sommes formés de telle sorte qu’à la fin de notre cursus nous puissions encore et toujours choisir entre la thermique de l’habitat et la thermique industrielle.

Je souhaiterais décrocher un emploi en tant que « chargée d’affaires » en thermique de l’habitat.

Dans ma formation, mes enseignants sont ouverts et disponibles, on peut parler d’une vraie relation de « proximité ».

 

Cheick H.

Je suis originaire du Burkina Faso. J’ai passé mon bac Sciences et technologies de l’industrie, puis je me suis orienté vers un DUT Génie électrique et informatique industriel. J’ai ensuite intégré la licence Ingénierie électrique et énergie à l’UFR STGI puis le master 1 Énergie électrique.  Actuellement,  je poursuis mes études en master 2 dans la même filière.

J’ai choisi cette formation en vue de faciliter mon insertion professionnelle dans le monde du travail. C’est une formation  en interaction avec notre futur métier « le génie électrique »,  axée sur  la recherche et qui permet de voir d’autres domaines de la physique.

Mon but professionnel est de travailler en bureau d’études dans le domaine de l’automatisme et de la robotique appliquée à des systèmes industriels.

Nous sommes très bien encadrés. La formation se déroule sous la forme de cours magistraux, de travaux dirigés en groupe et de travaux pratiques, mais il faut aussi fournir du travail personnel !

Je trouve qu’il y a une très grande ouverture d’esprit de la part des professeurs. Ce qui facilite la relation prof’- étudiant.